Grande nouvelle dans l’équipe de la Lucarne des rêves !

Grande nouvelle.

Claire H. nous rejoint pour valider sa première année de Ciné-Sup ( la classe préparatoire publique aux grandes écoles de cinéma )

Claire a été une de mes élèves en cinéma au lycée Gabriel Guist’hau ( Nantes ).

Je la faisais souvent ré-écrire ses scénarios ; on pense tout avoir dans la tête et c’est important de formaliser ses idées. J’avais parfois l’impression de la harceler. Elle détestait ça. Évidemment, pendant nos années communes au lycée, j’ai tenté de sensibiliser Claire aux articulations possibles entre l’image et le son, voire de lui transmettre cette obsession.

Quand sa tutrice de stage m’a demandé si je pouvais la prendre sur la Lucarne des rêves, j’avais quelques réticences. Intégrer une personne dans une salle de montage, c’est aussi la faire pénétrer dans un espace de création intime, là où je serais nue, dans mes doutes, mes tensions, mes allers-venus. Dans le même moment, un autre regard est crucial.

Claire est une jeune femme talentueuse. Claude, la chef-monteuse du film, a fini de me convaincre :

Il faut bien qu’ils apprennent le métier les jeunes ! C’est comme cela que j’ai commencé aussi ! » (il y a 32 ans)

Je la regarde autrement aujourd’hui. Nous avons quinze ans d’écart. Elle est l’œil pertinent d’un futur en devenir.

IMG_4904

Quand je l’ai connu, Claire n’était pas du tout familière avec la musique électroacoustique. Dans son quotidien, elle est une grande fan de Téléphone, de Jean-Louis Aubert et de Radio Nostalgie. Alors pour préparer notre premier temps de travail commun, je lui ai demandé d’écouter deux pièces à l’écoute pendant le film et d’écrire ses perceptions de la musique. Avant de rentrer en salle de montage, nous allons créer la matière pour les séquences « expérimentales » du film, là où nous plongeons dans l’imaginaire, à l’écoute. Nous allons travailler avec un rétro-projecteur, de l’eau et des produits chimiques ! Elle sera derrière la caméra. Je serais devant, dans une tentative de créer une chimie visuelle à l’écoute de la Grande Vallée de Lionel Marchetti et d’Au Gré du Souffle de Bernard Parmegiani. Tout ceci se fera dans le laboratoire de physique du lycée, avec la précieuse aide des laborantins…

La suite avec « l’Oeil de Claire » !