La Grande Vallée

 marchetti la grande vallée_01266 2

Juin 2012

Maintenant, je suis dans un train à grande vitesse. Il file vers Lyon. Je vais passer un temps avec Lionel, autour de la Grande Vallée. Comment cette pièce va revivre 17 ans après ? Il faut nous laisser guider par l’expérience. Ressortir les bobines, les installer dans le studio analogique de Lionel. Le laisser jouer. Être là, sans être là. Sentir la solitude du compositeur, la façon dont son corps va être pris, dans des allers-retours avec ses machines. Au programme, nous allons aussi partir en voyage, sur les traces des lieux de tournage de la Grande Vallée. Peut-être, ces lieux n’existent plus, après tout ce temps. J’ai aussi pris rendez-vous avec un hypnotiseur. J’aimerais mettre Lionel dans un état de conscience modifié à l’écoute de la Grande Vallée,pour voir comment la musique va l’habiter dans cette situation décalée. Ça sera aussi une façon de signifier comment cette musique faite de bruits du monde transformés installe dans un état de conscience modifié.

Peut-être que je vais trop loin. Je ne sais plus.
Alors j’ouvre le livret du CD de la Grande Vallée. Dessus, des mots de Michel Chion (LE grand théoricien de l’image et du son… et compositeur au GRM) :

Lorsque dans la Grande Vallée, nous entendons des pas qui pourraient être produits par l’auteur s’enregistrant, nous avons le sentiment troublant d’un voyage immobile. (…) S’il n’imite pas les sons du réel, Lionel Marchetti évoque le son du monde en le retournant. Par le rôle qu’il donne à des notes lentes et prolongées, il nous donne la vraie face cachée du monde.(…) La troisième idée que m’inspire la musique de Lionel Marchetti est celle d’une grande unité entre les différents règnes de son monde, ou souvent un son fait le pont entre le minéral, le végétal, l’animal et l’humain, reliés les uns aux autres.

Le casque sur les oreilles, la Grande Vallée à l’écoute, je rêve. Les paysages défilent.

Nous sommes déjà arrivés. Lionel vient me chercher. Je vais sortir ma caméra dès que nous serons au studio analogique.